La gestion des conflits dans le couple

Conflits dans le coupleLes conflits dans un couple n’apportent que larmes et désolations. Quand ils surviennent, l’on a toujours tendance à vouloir démontrer qu’on a raison et que l’autre a tord. C’est normal car c’est ce qui montre qu’il y a présence de conflit. Mais cette façon d’agir a bien souvent tendance à exacerber le conflit et non le résoudre.

Quand survient le désaccord, il est opportun de crever l’abcès en vidant son sac, mais sans heurter la sensibilité de l’autre. Délicat est l’exercice, raison pour laquelle cela nécessite l’intervention d’une tierce personne.

Il est vrai que souvent, l’on entend dire : « ne parle pas de ton problème aux gens, parce qu’il ne regarde que vous deux ». Mais la réalité est tout autre. Car c’est bien parce qu’à deux il y a problème, qu’il y a nécessité de faire intervenir un médiateur/une médiatrice. Ce (cette) dernier(ère) ne doit faire office ni d’avocat(e) ni de mentor. Il/Elle doit tout simplement créer les conditions d’une confrontation et être neutre et impartial(e). Neutre et impartial(e) ce ne sont pas des vertus répandues. En plus, il faudrait que cette personne sensée être neutre et impartiale ne fasse pas partie des ami(e)s de l’une ou l’autre partie en conflit. Car elle risquerait de biaiser le principe de la neutralité et de l’impartialité. Et cela éviterait les suspicions du genre parce que c’est ton ami(e). Et tout simplement parce qu’à son ami(e), on explique le problème de son point de vue et l’on dépeint moins ses tords.

Le médiateur ou la médiatrice devrait être quelqu’un en qui l’on a confiance. Et qui de par ses compétences a démontré son savoir faire.

En clair, parler à une tierce personne de ce qui mine sa relation n’est pas le problème. Le tout réside dans le choix de la personne à qui l’on voudrait confier sa difficulté. Ce à quoi l’on assiste très souvent, ce sont des confidences entre filles qui parlent de leur souci amoureux en mentionnant des détails de leurs intimités. Ce type d’attitude est à proscrire, à moins d’appartenir à un groupe de parole où des personnes rencontrant les mêmes difficultés se retrouvent pour échanger. En cela le choix d’un(e) confident(e) est important, de peur de voir étalé au grand jour les secrets du couple.

Quand surviennent des désaccords ou des conflits dans une relation, le mieux est d’en parler. Cela évite non seulement la dégradation de la situation, mais aussi un ensemble de dérives comportementales pouvant entre autre entrainer des conséquences sur la santé des personnes en conflits. Il faudrait alors avoir un(e) confident(e) et non plusieurs. Et si la situation s’aggrave, un médiateur ou une médiatrice s’impose.

Que le Seigneur nous garde, personnel et confidentiellement vôtre.