S’émanciper de l’esclavage mental, Ch.01 – Cheikh Anta Diop

Esclavage mental 01: Cheick Anta Diop

NOTE DE LA RÉDACTION: nous introduisons une série de réflexions inaltérables de grands penseurs sur la question de l’émancipation des peuples noirs. Objectif : créer une prise de conscience quant aux enjeux actuels de l’Afrique face à l’oppression occidentale du moment.

« Emancipate yourself from mental slavery, none but ourselves can free our minds! » – Bob Marley

Je crois que le mal que l’occupant nous a fait n’est pas encore guéri, voilà le fond du problème. L’aliénation culturelle finit par être partie intégrante de notre substance, de notre âme et quand on croit s’en être débarrassé on ne l’a pas encore fait complètement.

Souvent le colonisé ressemble un peu, ou l’ex-colonisé lui-même, à cet esclave du 19ème siècle qui libéré, va jusqu’au pas de la porte et puis revient à la maison, parce qu’il ne sait plus où aller. Il ne sait plus où aller…

Depuis le temps qu’il a perdu la liberté, depuis le temps qu’il a apprit des réflexes de subordinations, depuis le temps qu’il a appris à penser à travers son maître, [il n’est incapable de le faire par lui-même] (…)

Toutes les questions que vous m’avez posé reviennent à une seule: quand est-ce que les blancs [nous] reconnaîtront-ils ? Parce que [pour l’heure] la vérité sonne blanche. [Or] si réellement l’égalité intellectuelle est tangible, l’Afrique (et la diaspora africaine) devrait être capable, sur des thèmes controversés, tels que l’origine africaine de la première civilisation humaine, [thème controversé à l’époque, plus aujourd’hui, depuis les preuves scintifiques apportées par Cheick Anta Diop et reconnues comme telles en 1958 au Caire en Egypte, NDLR] , d’accéder à sa vérité par sa propre investigation intellectuelle et se maintenir à cette vérité, jusqu’à ce que l’humanité sache que l’Afrique ne sera plus frustrée, que les idéologues [occidentaux] perdront leur temps, parce qu’ils auront rencontré des intelligences égales qui peuvent leur tenir tête sur le plan de la recherche de la vérité.

Mais vous êtes persuadé que pour qu’une vérité soit valable et objective, il faut qu’elle sonne blanche. Mais ça, c’est un repli de nôtre âme qu’il faut faire disparaître (…) Moi, si je n’étais pas intiment persuadé de la capacité de chaque race à mener sa destinée intellectuelle et culturelle, mais je serai déçu, que ferions-nous dans le monde ?

S’il y avait réellement cette hiérarchisation intellectuelle, il faudrait nous attendre à notre disparition d’une manière ou d’une autre. Parce que le conflit, il est partout jusque dans nos relations internationales les plus feutrées. Nous menons et on mène contre nous le combat le plus violent, plus violent même que celui qui a conduit à la disparition de certaines espèces. Il faut justement que [notre] sagacité intellectuelle aille jusque là (…) Il n’y a qu’un seul salut, c’est la connaissance directe et aucune paresse ne pourra nous dispenser de cet effort (…)

A formation égale, la vérité triomphe. [Aux africains], formez-vous, armez-vous de sciences jusqu’aux dents (…) et arrachez votre patrimoine culturel…

  • Texte publié sur le site de l’Organisation de la Renaissance pour la Conscience Africaine