Abidjan, la perle des cadavres

Abidjan en feu le 04 Avril 2011La situation actuelle, cette crise que je vis avec ma famille est douloureuse. J’ai du traversé tout Yopougon à pieds aujourd’hui, de Niangon Académie au Quartier Millionnaire (plus de 10 kms de marche) avec femme et enfants pour fuir l’insécurité occasionnée par les ex-prisonniers qui attaquent sournoisement les domiciles. Les corps des combattants FRCI tombés trainent encore en putréfaction et commencent a dégager une odeur nauséabonde. Ma petite famille est traumatisée…

Et pourtant je bénis le nom de Dieu de me faire vivre cette crise, je le remercie car mes yeux et mon cœur se sont ouverts, je sais maintenant ce que sont l’injustice, le mensonge et la cruauté des hommes. Et je comprends que ce que j’ai pu lire dans mes livres d’histoire, n’est pas forcément ce qui s’est réellement passé. Je comprends que la plus grande pandémie qui sévit en Afrique actuellement n’est pas le sida, c’est la politique, ou plutôt, ce sont les politiciens.

Morale du jour:
– si la femme de mon voisin me dit que son mari la bat et que c’est une dame que j’estime, je me rends chez elle et je le tabasse!
– De même, s’il y a longtemps que je cherche à être admis au concours de l’ENA et que j’échoue à cause de la magouille ambiante, je bute le DG, et tous les admis s’il le faut. Au pire des cas, je brûle l’ENA pour que plus personne n’y ait accès, un point c’est tout.
– Enfin, si jamais je suis spolié à une élection présidentielle, je ne m’en prends pas à celui qui m’a spolié, j’affame, je ruine, je pille, et je tue tous le monde, même ceux qui ont voté pour moi.

De perle des lagunes ont est passé à la perle des ordures. Maintenant, c’est la perle des cadavres!

Vraiment, merci Seigneur de m’avoir fait comprendre que la vie n’avait rien à voir avec ce que je pensais !!!