Qu’est-ce qui divise l’Amérique noire ?

Les funérailles de l’adolescent afro-américain Mike Brown la semaine dernière ont marqué une nouvelle étape dans le mouvement naissant contre la brutalité policière et le profilage racial aux États-Unis. Les parents de Mike Brown ont tenu à l’organisation de funérailles publiques qui ont attiré des milliers de gens ordinaires provenant de tout le pays, ce qui a permis d’assurer la poursuite de cette lutte, plutôt que de sonner sa fin.

En effet, dans les semaines qui ont suivi la mort de Brown, il y a eu une prise de conscience nationale quant à la terrible régularité de la brutalité et du harcèlement policier qui imprègnent la vie de presque tous les Noirs à travers le pays. La persistance de la rébellion de Ferguson telle qu’elle s’est développée au cours des dernières semaines a ramené à la surface des discussions franches sur le racisme, les inégalités et sur le rôle de la police dans ce tout.

• • •

Médias colons et mondialisation : le cas de la Côte d’Ivoire

Médias colons et mondialisation : le cas de la Côte d'IvoireLe lynchage médiatique de la Côte d’Ivoire exécuté pendant plus d’une décennie par le système médiatique français est un succès. L’opinion publique internationale, robotisée et culturellement prédisposée à s’enivrer des mensonges de ses dirigeants, est rapidement gagnée. Dans le même temps, l’histoire sociopolitique d’un pays pauvre très endetté d’Afrique subsaharienne est méticuleusement réécrite avec un souhait : que les Ivoiriens plient l’échine et acquiescent.

Cet ouvrage sans faux-fuyants explique la géostratégie racialiste qui se tient derrière l’assaut des médias colons et dévoile l’hypocrisie du mondialisme avare, prédateur et appauvrissant qui le sous-tend. Le jeu trouble des acteurs politiques ivoiriens se dévoile lui aussi nettement. Seules alternatives : une prise de conscience individuelle et collective et un plan de riposte concret jusqu’à la rupture totale avec l’ordre dominant.

EN VENTE DANS TOUTES LES LIBRAIRIES. VISITEZ WWW.MEDIASCOLONS.COM POUR PLUS D’INFOS.

• • •

USA : où en est le rêve noir-américain ?

« Mon but n’est pas de fournir des excuses au comportement des Noirs ou d’absoudre les Noirs de leurs responsabilités personnelles […] » – Cornel West

De gauche à droite à partir du haut : Herman Wallace, Albert Woodfox, Robert King, Trayvon Martin, Sean Bell, Kenneth Chamberlain, Mumia Abu-Jamal, Amadou Diallo, Kathryn Johnston« […] Cependant, quand les nouveaux conservateurs Noirs mettent l’accent sur l’attitude et la responsabilité des Noirs, de telle manière que les réalités culturelles des peuples Noirs sont ignorées, ils s’amusent à un jeu intellectuel trompeur et dangereux avec les vies et les fortunes des personnes défavorisées. Nous devons effectivement critiquer et condamner les actes immoraux des populations noires, mais nous devons le faire en tenant compte des circonstances dans lesquelles les individus naissent et dans lesquelles ils vivent. En ignorant ces circonstances, les nouveaux conservateurs Noirs tombent dans le piège de blâmer les pauvres Noirs quant à leur situation. Il est impératif de faire une distinction entre le Scylla du déterminisme environnemental et le Charybde de l’attitude qui consiste à uniquement blâmer les victimes. » (Cornel West, Race Matters, 1994).

• • •

La mesure de l’indignation

« Je vous souhaite à tous, à chacun d’entre vous, d’avoir votre motif d’indignation. C’est précieux […] La pire des attitudes est l’indifférence, dire ‘je n’y peux rien, je me débrouille’. En vous comportant ainsi, vous perdez l’une des composantes essentielles qui fait l’humain. Une des composantes indispensables: la faculté d’indignation et l’engagement qui en est la conséquence. (1) » – Stéphane Hessel

La mesure de l'indignationStéphane Hessel, survivant des camps de concentration Nazi devenu diplomate français, a causé un choc littéraire mondial, en octobre 2010, quand il a publié, à 93 ans, Indignez-vous !, un petit livre de 19 pages sur la nécessité de révolte contre l’injustice sociale, vendu à plus de 3,5 millions d’exemplaires.

• • •

Troy Davis : martyr Noir de la justice Blanche

« Je ne suis pas celui qui a tué votre fils, votre père, votre frère, je suis innocent. L’incident qui a eu lieu cette nuit n’est pas ma faute. Je n’avais pas d’arme. » – Troy Davis

Troy Davis RIPCe jeudi 22 septembre 2011 Troy Davis clamait une dernière fois son innocence aux proches du policier Mark Allen McPhail, tué en 1989 à Savannah, Georgie. Ces derniers étaient venus assister à son exécution, comme cela est de coutume pour les familles des victimes. Cette exécution qui a eu lieu malgré l’intense mobilisation internationale a ravivé le virulent débat de la condition noire aux États-Unis. Débat qui d’ailleurs ne s’est jamais totalement éteint dans cette partie du monde, puisque le racisme contre les Noirs est toujours tapis dans le cœur des Blancs, prêt à ressurgir au moment opportun. Le fait est que le racisme au pays de l’Oncle Sam n’a fait que se muer en différentes formes au fil des années, se justifiant par des lois aussi diverses que saugrenues afin de rendre juste l’injustice et de justifier l’injustifiable.

• • •

S’émanciper de l’esclavage mental, Ch.09 – Frederick Douglass

NOTE DE LA RÉDACTION: nous introduisons une série de réflexions inaltérables de grands penseurs, sur la question de l’émancipation des peuples Noirs. Objectif: créer une prise de conscience quant aux enjeux actuels de l’Afrique face à l’oppression occidentale du moment.

« Emancipate yourself from mental slavery, none but ourselves can free our minds! » – Bob Marley

S'émanciper de l'esclavage mental 09: Frederick DouglassDiscours du 04 Juillet 1852 (Rochester, New York)

Version française (extrait): traduction de l’anglais par PENSÉES NOIRES

Quiconque pourrait aisément prendre la parole devant une audience si auguste a vraiment les nerfs plus solides que moi. Je ne me souviens pas m’être déjà senti plus fébrile ou plus incapable, auparavant, à l’occasion d’un discours à présenter devant une quelconque assemblée. La pleine conscience de mes limites s’est soudainement révélée à moi (…)

• • •

Limite entre pratique esthétique et aliénation : le cheveux crépu et le retour au naturel…

Inna Modja: cheveux au naturel?Revenant sur son premier défrisage, Malcolm X lâchait les mots suivants: « Ce que je pouvais être ridicule! J’admirais dans la glace un Noir avec des cheveux “blancs” »

Un peu d’histoire servira à comprendre et cerner le canevas des propos qui suivront. Le phénomène du défrisage, ou encore du « lissage » du cheveu crépu, dans les formes qu’il emprunte depuis la fin du 19e siècle semble être lié à l’esclavage des Noirs dans les Amériques.

Le défrisage à froid – qui est la forme la plus “évoluée” du phénomène – est la dernière phase d’une technicité qui n’a eu de cesse de se perfectionner depuis la seconde moitié du 19e, lorsque les Noirs (y compris les femmes), commencent à avoir accès à l’éducation et au savoir et qu’ils vont se charger de mettre au point les différents procédés qui seront l’aboutissement des défrisants modernes, dont les contenus se distinguent essentiellement par la différence de dosage de leur teneur en ammoniaque. Cette technique révolutionnaire a été précédée du défrisage à chaud qui, lui-même, a été précédés d’ancêtres bricolés mais dont le trait commun n’a jamais cessé d’être le lissage du cheveu crépu.

• • •

S’émanciper de l’esclavage mental, Ch.07 – Malcolm X

NOTE DE LA RÉDACTION: nous introduisons une série de réflexions inaltérables de grands penseurs, sur la question de l’émancipation des peuples Noirs. Objectif: créer une prise de conscience quant aux enjeux actuels de l’Afrique face à l’oppression occidentale du moment.

« Emancipate yourself from mental slavery, none but ourselves can free our minds! » – Bob Marley

S'émanciper de l'esclavage mental: Malcolm XJe ne suis pas raciste. A l’heure actuelle, avant de m’engager dans quoi que ce soit, je dois faire connaître clairement ma position. Elle est simple : je ne suis partisan d’aucune forme de racisme. Je ne crois en aucune forme de racisme. Je ne crois en aucune forme de discrimination ou de ségrégation.

• • •

S’émanciper de l’esclavage mental, Ch.05 – Martin Luther King, Jr.

NOTE DE LA RÉDACTION: nous introduisons une série de réflexions inaltérables de grands penseurs, sur la question de l’émancipation des peuples Noirs. Objectif: créer une prise de conscience quant aux enjeux actuels de l’Afrique face à l’oppression occidentale du moment.

« Emancipate yourself from mental slavery, none but ourselves can free our minds! » – Bob Marley

Esclavage mental: Martin Luther King, Jr.Au-delà du Vietnam: le moment de rompre de silence – 4 avril 1967

Je suis venu dans ce magnifique temple ce soir parce que ma conscience ne me laisse pas d’autre choix.

Je me joins à vous dans cette assemblée parce que je suis profondément en accord avec les objectifs et le travail de l’organisation qui nous a rassemblés : « Vient un temps où le silence est trahison. » Et ce temps est venu pour nous en ce qui concerne le Vietnam.

• • •